DEGAS Edgar
1834 - 1917 (France)



Edgar Degas (né le 19 juillet 1834 à Paris, France décédé le 27 septembre 1917).

Afin de pouvoir présenter correctement un peintre, il est fréquent de le situer d'abord dans son époque et surtout, dans le mouvement artistique auquel il a appartenu. La plupart des ouvrages qui sont consacrés à Edgar Degas, à condition qu'ils désirent le classer, le font appartenir au grand mouvement de l'impressionnisme, qui s'est formé en France dans le dernier tiers du XIXe siècle en réaction contre la peinture académique officielle. Les artistes qui en font partie, tels Paul Cézanne, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Mary Cassatt, Berthe Morisot (1841-1895), Camille Pissarro, las d'être régulièrement refusés aux Salons officiels se sont constitués en société anonyme afin de montrer leur art au public.

Mais si l'on résume souvent l'art impressionniste au rendu du plein air et des effets de lumières, cette caractéristique du mouvement n'est pas valable pour Degas. En effet, même s'il est le principal animateur des expositions impressionnistes, il ne fait en réalité partie du mouvement qu'au nom de la liberté de peindre que prône le groupe. Il préfére effectivement de très loin au plein air, je cite, " ce que l'on ne voit plus que dans sa mémoire ". Et d'ailleurs il aurait un jour dit à Pissaro : " Il vous faut une vie naturelle; à moi la vie factice ".

Si Degas fait officiellement partie des impressionnistes, il ne leur ressemble pas dans leurs caractéristiques les plus connues. Sa situation d'exception n'échappe pas aux critiques d'alors : bien qu'on dénonce son modernisme gênant, il est le moins discuté des artistes français de cette époque.


Degas, un grand bourgeois parisien de Montmartre

Fils du riche banquier Auguste De Gas et de Célestine Musson, Edgar Degas qui est né à Paris le 19 juillet 1834, grandit dans un milieu bourgeois cultivé. Il a quatre frères et soeurs et jouit d'une enfance dorée.

Après son baccalauréat, il commence à fréquenter le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale. Dessinateur inlassable, il y copie des oeuvres de Albrecht Dürer, Andrea Mantegna, Paolo Véronèse, Francisco de Goya, Rembrandt. Il passe ses journées au Louvre, fasciné par les peintres italiens, hollandais et français. En 1854, il s'inscrit à l'atelier du lyonnais Louis Lamothe, élève assez médiocre de Dominique Ingres et des frères Flandrin. De son côté, son père, amateur raffiné d'art et de musique, lui présente quelques-uns des plus grands collectionneurs de Paris, comme Lacaze, Marcille, et Valpinçon.

En 1855, il commence à suivre des cours à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris; mais préférant approcher directement l'art des grands maîtres classiques tels Luca Signorelli, Sandro Botticelli et Raphaël, il entreprend de 1856 à 1860 de nombreux voyages en Italie, d'abord dans sa famille à Naples, puis à Rome et Florence, où il se lie d'amitié avec le peintre Gustave Moreau.

Ses oeuvres de jeunesse comptent quelques peintures d'inspiration néoclassique, mais surtout de nombreux portraits des membres de sa famille. De 1865 à 1870, il propose au Salon son oeuvre en cours, sans trop de préoccupation. De 1874 à 1886, Degas envoie des oeuvres aux expositions impressionnistes à l'organisation desquelles il participe très activement. Il eut alors de très nombreux contacts avec des peintres de sa génération, notamment Pissarro, mais aussi avec des artistes d'avant-garde plus jeunes.

Malgré ses voyages en province et à l'étranger, ce qui compte essentiellement pour Degas, c'est Paris, et à Paris, Montmartre. Il fréquente certains cénacles, ateliers, cafés littéraires et mène avec quelques bourgeois, ses intimes, une vie conformiste de célibataire hautain. De son milieu familial, il conserve la réserve et le respect des principes. Sa délicatesse de coeur, son intransigeance morale lui valent l'estime de tous. Il participe activement aux discussions qui réunissent les jeunes artistes d'avant-garde et son ami Edouard Manet au café Guerbois.

A partir de 1875, en proie à de nombreuses difficultés, la peinture devient son gagne-pain. Dans les années 1880, alors que sa vue commence à décliner, Degas privilégie le pastel, auquel il mêle parfois le crayon et la gouache. Les tableaux de cette période témoignent d'un travail très moderne sur l'expressivité de la couleur et de la ligne. A la fin des années 1890, presque aveugle, il se consacre quasi exclusivement à la sculpture, qu'il pratique déjà depuis une dizaine d'années, transposant ses sujets favoris dans la cire. L'exposition de vingt-six paysages qu'il présente en octobre 1892 à la galerie Durand-Ruel est sa première et dernière exposition personnelle. A partir de 1905, le peintre se retranche de plus en plus dans son atelier, luttant contre la cécité qui le gagne. Presque aveugle depuis quelques années, Degas meurt d'une congestion cérébrale à Paris le 27 septembre 1917, âgé de 83 ans et est inhumé au cimetière de Montmartre. L'année suivante, les oeuvres entassées dans son atelier et son importante collection sont dispersées aux enchères.

La faillite de sa famille (mort de son père, problèmes financiers de son frère Achille), son caractère difficile, son esprit mordant, ses boutades féroces ses positions souvent intransigeantes, la progression inexorable de ses troubles oculaires, ont pu contribuer à accentuer la misanthropie si souvent dénoncée de ce vieux célibataire. Cependant, il semble que cette réputation a été souvent exagérée. Plusieurs indices prouvent en effet que, même âgé, il continuait à s'intéresser à la création, recevant des artistes dans son atelier jusqu'au déménagement de 1912.


De l'admirateur d'Ingres au passionné de Delacroix

La collection personnelle de Degas était principalement dédiée à l'art français du XIXe siècle, et en particulier à Ingres et Delacroix, deux artistes merveilleusement représentés tant en quantité qu'en qualité. A plusieurs reprises, Degas a d'ailleurs reconnu l'admiration qu'il portait à l'art des deux grands maîtres, à leurs techniques mais aussi à leur culture artistique. A travers leurs oeuvres, Degas renouait avec les maîtres du passé. Il avait d'ailleurs acquis une belle culture classique.

Ingres : la tradition du dessin

L'influence d'Ingres fut certainement prépondérante dans sa jeunesse. À 21 ans, le jeune Degas obtient de rencontrer le vieux maître dans son atelier. La même année, il copie avec passion des oeuvres présentées dans la rétrospective consacrée à Ingres. Peint à cette époque, le premier grand autoportrait de Degas fait clairement référence à celui d'Ingres datant de 1804. Le jeune artiste ne s'est cependant pas représenté en peintre mais en dessinateur, un porte-fusain à la main, se remémorant peut-être les conseils qu'Ingres venait de lui prodiguer : " Faites des lignes, beaucoup de lignes, et vous deviendrez un bon artiste ".

Même à la fin de sa carrière, Degas n'abandonna pas l'approche académique qui consiste à mettre en place une composition à l'aide de dessins préparatoires, et notamment d'études d'après modèle vivant. De la même façon qu'il préparait ses tableaux d'histoire, il a souvent recours au dessin pour ses dernières scènes de la vie moderne. Il continue à appliquer les préceptes d'Ingres. Se souvenant des nus féminins d'Ingres comme la " Baigneuse Valpinçon ", il dessine ses femmes à leur toilette, en cernant d'un trait sombre les contours de leur corps sensuel.

Delacroix : la couleur et le mouvement

Degas admire les oeuvres qu'Eugène Delacroix présente au Salon de 1859 et étudie sa peinture, entreprenant notamment une copie à l'huile de " l'Entrée des Croisés à Constantinople ". Désormais, Degas s'attache à réconcilier couleur et dessin, mouvement et structure, en réalisant la synthèse des diverses influences qu'il continue à recueillir.

Dans sa dernière période, Degas fait en effet de plus en plus appel à des coloris éclatants, voire criards, et à des harmonies de couleurs complémentaires. En digne successeur de Delacroix, il libère sa palette de toutes contraintes pour peindre selon ses propres termes des ? orgies de couleur ". En 1889, Degas voyage à Tanger sur les pas de son illustre prédécesseur.

La technique et les sujets de Degas

1853-1873 : l'invention d'une "nouvelle peinture"

Pendant les vingt premières années de sa carrière, Degas expérimente tous les genres. Il a tout d'abord une prédilection pour les portraits. Dans ceux-ci, les accessoires prennent parfois tant d'importance que les oeuvres sont à mi-chemin entre portrait et nature morte. Il apparaît très tôt capable de composer de grandes toiles ambitieuses comme " La famille Belleli ". Au début des années 1860, Degas aborde le genre des peintures historiques, en ayant recours de manière très personnelle à diverses sources d'inspirations. Il ne délaisse pas pour autant la peinture de genre, se passionnant très tôt pour les courses de chevaux, puis pour la danse, l'Opéra, les cafés-concerts et la vie quotidienne.

Pour ces scènes de la vie moderne, il a parfois recours à des effets lumineux expressifs et invente des mises en pages très audacieuses (cadrages ingénieux). Le genre du paysage est certainement celui que Degas a le moins travaillé, même s'il a exécuté une série ponctuelle de paysages au pastel. Enfin, les premières tentatives de sculptures demeurent quant à elles marginales par rapport aux huiles sur toiles, avec lesquelles Degas met progressivement en place une " Nouvelle peinture " qui s'épanouira au cours de la décennie suivante.

1874-1886 : le temps des expositions impressionnistes

En 1874, de retour à Paris après un voyage à la Nouvelle-Orléans, Degas commence à se faire connaître. Il était jusqu'alors relativement méconnu, malgré le rôle de chef de file qu'il occupait avec Manet parmi les artistes du café Guerbois. Dès la deuxième exposition, Degas est remarqué par les critiques, qui louent ou dénigrent le réalisme de son travail. La défense du " mouvement réaliste ", pour reprendre sa propre expression, est d'ailleurs au coeur de sa démarche, dans ces années-là.

Certains thèmes nouveaux, comme les repasseuses, les modistes ou les femmes à leur toilette font leur apparition dès cette époque. Cultivant son goût des expérimentations techniques, il recherche des moyens picturaux inédits. Ainsi, en 1877, il présente une série de monotypes, parfois rehaussés de pastels, qui témoignent d'une économie de moyens et d'une liberté de facture très novatrices.

Cette époque de la vie de Degas est donc marquée par des innovations techniques qui vont de pair avec des innovations formelles : Degas multiplie les points de vue audacieux, en plongée ou en contre-plongée (voir " Miss Lala au cirque Fernando "). Jouissant de la spontanéité que lui permet le travail du pastel, il recherche des effets lumineux et colorés très originaux, s'attachant par exemple avec ses nus très réalistes de 1886 à traduire les vibrations de la lumière sur les corps des femmes. Il dit d'ailleurs à propos de ses nus " Jusqu'à présent, le nu avait toujours été représenté dans des poses qui supposent un public. Mais mes femmes sont des gens simples... Je les montre sans coquetterie, à l'état de bêtes qui se nettoient. " C'est souvent pour de tels propos qu'il fut traité de misogyne, ce qui semble faux : en effet, c'est moins la volonté délibérée d'insulter la beauté des femmes que l'extrême souci d'une implacable véracité anatomique qui transparaît à travers cela.

1887-1912 : au-delà de l'impressionnisme

Pendant près de trente ans, déjà âgé, Degas ne cesse de renouveler son art. Travaillant de plus en plus par série, il décline des thèmes familiers. Ne s'intéressant que de manière ponctuelle au paysage, il est toujours fasciné par les danseuses et de plus en plus par les femmes à leur toilette, qui se lavent, se coiffent ou sortent du bain. Pour peindre ces figures féminines, Degas tend à privilégier les coloris vifs et intenses qu'il juxtapose sans craindre d'aboutir à des harmonies criardes (" La coiffure ").

On a souvent expliqué l'évolution de la palette de l'artiste par l'aggravation de ses troubles oculaires. L'usage de ces couleurs audacieuses est pourtant indissociable d'une affirmation de la puissance expressive de la ligne. Degas ne néglige en effet jamais la structure formelle : pour mettre en place ses compositions, il a parfois recours à un dessin sous-jacent au fusain et utilise régulièrement des dessins préparatoires. L'usage intensif qu'il fait de la sculpture participe également de cette volonté de ne pas négliger la structure formelle, recherchant pour chaque figure la justesse des mouvements et l'équilibre des volumes.

Ce qu'il faut retenir de Degas

Degas maîtrise les raccourcis elliptiques, la pratique des gros plans, le goût du regard ascendant ou plongeant, les oppositions heurtées, les variations sur le thème du contre-jour ; il invente un rôle dans la suggestion de l'espace à de splendides planchers éclaboussés de lumière, agence subtilement les rapports de reflets, les sources de lumière, attentif aux éclairages imprévus de la rampe qui jettent des taches colorées sur les visages. L'artiste ose couper, sectionner. Il sait faire la synthèse d'une suite de mouvements, les gestes qu'il suggère par un dessin de plus en plus cursif ont une surprenante valeur expressive.

En référence à sa fidélité à moult principes classiques et à ses nombreuses innovations, on a pu écrire à son sujet en 1919 : " Il a jeté un pont entre deux époques ; il relie le passé au plus immédiat présent ".

Mais bien que célèbre aujourd'hui, Degas reste encore un " mal aimé " par rapport à Vincent Van Gogh, à Paul Gauguin et même à Henri Toulouse-Lautrec, et on lui refuse l'importance qu'on accorde à Paul Cézanne. Mais la postérité exauce ainsi son voeu : " Je voudrais être illustre et inconnu. "

Cet article est couvert par la Licence de documentation libre GNU. Cet article est disponible sur Wikipedia.